société en bulgarie
Les taxes sont faibles au bord de l’eau
septembre 5, 2014  |   Voyageur perpétuel  |   0

Vous voulez rester dans l’Union Européenne, et malgré tout ne pas vous ruiner en impôts, qu’ils soient personnels ou professionnels ?

La Bulgarie peut être un bon choix, assez méconnu.

Au niveau fiscal, les choses sont simples : il n’y a qu’un seul taux de taxes, 10%, applicable à la fois aux bénéfices des sociétés, et c’est ici le taux le plus bas de l’Union Européenne, et aux revenus de toute sorte, et c’est là aussi la flat tax (impôt à taux unique) la plus basse d’Europe.

Les charges sociales ne vous ruineront pas : leur taux nominal est certes de 31%, répartis à 18,5% pour l’employeur et 12,5% pour le salarié, mais elles ne sont prélevées que sur les 2200 premiers levs, ce qui correspond à environ 1100€.

Tout ce qui dépasse est exempt de charges.

Par ailleurs, le salaire moyen bulgare est de l’ordre de 350 €, le coût de la vie est en rapport.

Dans une station balnéaire comme Varna, et même si les prix commencent à augmenter sous l’effet de l’arrivée massive d’anglais, il reste possible de devenir propriétaire avec quelques dizaines de milliers d’euros, bien moins que sur la Côte d’Azur, et même que l’Espagne.

Les factures mensuelles y sont très peu élevées, et les coûts des loisirs et des sorties, même dans les stations balnéaires, plus chères car habituées aux touristes aux moyens plus élevés, y sont réellement bon marché.

Si vous êtes d’esprit aventureux, vous pourrez même acheter pour moins de 10,000 € une maison à rénover à la campagne : la main d’œuvre est peu chère, mais efficace.

Les plages et le climat de la mer Noire garantissent un environnement agréable, et la résidence y est facile à obtenir pour un européen, le moyen le plus simple étant de monter une société sur place et de s’y salarier.

Les inconvénients sont d’une part la langue (le bulgare utilise l’alphabet cyrillique), sachant que l’anglais est peu pratiqué en dehors des grandes stations touristiques et de la capitale, et d’autre part une certaine instabilité administrative (là encore, les régions touristiques sont plus épargnées).

Mais au final, un indépendant qui fait 60K€ de marge par an payera 4000€ de charges et 5500 € d’impôts, soit un reste pour lui de plus de 50.000 €/an, alors qu’en France, il lui en resterait même pas la moitié.

A partager sans Modération ni Hésitation
Pin It

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *