A propos de Moi, mon parcours et mes motivations

Qui suis je ?

Il y a une vingtaine d’années, jeune diplômé à peine entré sur le marché du travail, je me suis vite rendu compte que le « merveilleux modèle français que le monde entier nous envie », bien que nous n’ayons jamais réussi à le revendre à quiconque, ne me convenait pas.

A défaut de pouvoir espérer le changer, je me suis contenté de voter, avec mes pieds. J’ai créer ma société offshore et je suis donc devenu ce qu’on appelle un exilé fiscal. Comme je suis parti sans fortune, et armé de ma seule volonté, personne ne s’en est offusqué, et personne ne m’a mis de bâtons dans les roues , il faut dire aussi que je n’ai rien demandé à personne.

Je me suis contenté de disparaître du jour au lendemain des radars de l’administration. Mon nom ne figurait plus dans aucun des innombrables fichiers : pas de compte bancaire à mon nom, pas d’abonnement EDF, pas d’employeur, plus rien.

Au fil du temps et de mes pérégrinations, je suis devenu la forme la plus radicale d’exilé fiscal, le perpetual traveller : non content de quitter son pays d’origine, le PT comme on le surnomme affectueusement ne réside plus nulle part.

Ce mode de vie n’est pas fait pour tout le monde (il ne faut pas avoir d’enfants scolarisés, sauf à les perturber au delà du raisonnable) mais il est assez amusant. Et plus que tout, il permet d’être libre, loin des doigts crochus des administrations et de la tonte collective.
Je vous raconterai ici quelques unes de mes aventures et vous donnerai des tuyaux si vous souhaitez tenter l’expérience, en simple exilé fiscal ou en tant que PT.

Pour ceux que cela défrise que l’on puisse quitter sa mère patrie, et bien ne lisez pas. Chacun fait ses choix librement.

Bonne lecture, et surtout vivez libres, à l’endroit (ou aux endroits) que vous aurez choisis.

Ci dessous quelques articles que vous pourriez aimer

La Suisse, destination mythique : Destination mythique des artistes, sportifs et grands entrepreneurs, l’exil fiscal en Suisse n’est pas à la portée de n’importe qui. … Mes tribulations en Belgique : A se promener dans les quartiers cossus d’Ixelles ou d’Uccle à Bruxelles, on se croirait à Paris tant on y croise de Français. … Monaco, le jeu, les stars : Ni la pluie bruxelloise, ni l’air pur des montagnes suisses ne vous tentent, et pourtant vous aimeriez vivre dans un environnement francophone… Dubai et les Free Zones : Parmi les endroits où il est possible d’obtenir la résidence assez facilement et qui ignore jusqu’au concept d’impôts … Résident sans le vouloir : Voila, vous avez posé vos valises ailleurs, vous voila, pensez vous, bien loin du fisc français… Mais en êtes vous bien certain ? La Thaïlande : La politique d’immigration de la Thaïlande semble assez souple il existe différents programmes accessibles sans devoir disposer de moyens…

A partager sans Modération ni Hésitation
Pin It